l’accord économique européen

11 avr

Un accord économique a été trouvé entre les 27 ministres des finances de l’Union Européen ce jeudi 9 avril après avoir trouvé un terrain d’entente avec les Pays-Bas qui bloquaient les discussions depuis mardi. C’est un plan de soutien de près de 500 milliards d’euros. 

Cet accord a pour but de répondre à la crise économique provoqué par la pandémie. Les échanges se sont fait par visioconférence. Ce plan est composé de 3 parties: 

- La Banque européenne d’investissement (BEI) pourra mobiliser 200 milliards d’euros pour les entreprises, grâce à un fond de garantie apporté par les différents Etats. 

-Les Commission européenne apportera 100 milliards d’euros pour aider les pays à financer leur dispositif de chômage partiel. 

- Le Mécanisme européen de stabilité (MEI: fonds de secours de la zone euros) : crée en 2012 au moment de la faillite de la Grèce. Il sert à aider les Etats qui n’arrivent plus à se financer sur les marchés. L’accord prévoit que 2% du PIB de l’Etat soutenu soit 240 milliards d’euros pour l’ensemble de la zone euros, ils pourront être utilisés sans condition mais uniquement pour les dépenses de santé et de prévention liées au covid-19. Par exemple pour la France cela représente environ 50 milliards d’euros maximum. 

Toutefois il reste des points en suspend comme le « coronabond » qui est la mutualisation des dettes au niveau européen pour pouvoir emprunter en commun. L’Allemagne et les Pays-Bas y sont opposés car les pays du sud (France, Espagne et Italie) sont jugés laxiste. 

Cependant l’accord n’a pas été entériné par les chefs d’Etat et de gouvernement. Ces 550 milliards d’euros s’ajoute aux plus de 1000 milliards d’euros injectés par la Banque Centrale européenne (BCE). Enfin, les états peuvent aussi s’affranchir exceptionnellement de la règle des 3% de déficit à ne pas dépasser. 

Bruno Le Maire, ministre français des finances a salué un « excellent accord » tandis qu’Olaf Scholz, son homologue allemand « un grand jour pour la solidarité européenne« . Christine Lagarde, présidente de la BCE a estimé que c’était « un accord novateur« 

« Aujourd’hui, nous avons répondu à l’appel de nos citoyens en faveur d’une Europe qui protège » avec « des propositions audacieuses qui semblaient impossibles il y a quelques semaines. » a indiqué Mario Centeno, président de l’Eurogroupe, qui réunit les ministres des finances de la zone euro.

Pas encore de commentaire

Laisser une réponse

agence-de-communication-dig... |
Agencesereputation |
Depruncom |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | neha24
| Faits divers
| Mulhouse actualités