C’est quoi être parent?

19 juin

« Un enfant qui ne sera que l’incarnation d’un désir absolu et non d’une contingence de ses parents de lui donner-ou pas – le jour risque d’être privé de son propre désir. Les enfants sont comme les actes manqués : si on savait pourquoi on les fait, on ne les ferait pas! » Michel Schneider, big mother. 

 

C’est quoi être un « bon » parent?

Le parent parfait n’existe pas, l’essentiel est d’être un parent suffisamment bon comme le disait Donal Winnicott, pédopsychiatre. Etre suffisamment bon c’est avoir la bonne distance avec son enfant c’est à dire passer par le manque ou ne pas répondre à tous ses besoins. Quand les parents veulent à tout prix combler leur enfant, ils ne lui laissent pas d’espace pour se construire. Si on ne permet pas à un bébé d’expérimenter l’attente, le manque, voire la peur, il ne saura jamais ce que c’est et va rester dans la dépendance. Faire grandir un enfant c’est le rendre autonome.

 

Y a t-il des critères pour déterminer d’être un « bon » parent: 

Il y a encore 50 ans il s’agissait de critère collectif avec la société et la religion pour définir la parentalité. Etre un bon parent c’était avant tout nourrir, vêtir, apporter une protection et faire en sorte qu’il fasse des études ou qu’il s’en sorte dans la vie. Aujourd’hui les critères sont individuels. Les parents veulent le bonheur de leur enfant et se sentent responsable de cela, c’est une lourde charge. Or, Haim Ginott disait dans les années 70 qu’il ne fallait pas vouloir des enfants 100% heureux. Le rôle des parents c’est de les protéger au maximum et surtout d’en faire des adultes autonome et responsables, ce qui suppose qu’ils traversent des périodes compliquées de doute et même de mal-être parce qu’être adulte, c’est savoir construire son bonheur malgré les difficultés de la vie.

 

Qu’est ce que la « parentalité »?

Houzel, psychanalyste, disait en 1999 renvoie à 3 notions:

  • juridique : qui permet d’exercer sa fonction
  • Incarnée : qui désigne la ou les personnes qui s’occupent concrètement de l’enfant
  • expérimentée qui correspond à « l’expérience » d’être parent, renvoyant au lien vécu affectif avec l’enfant.

Racamier, psychiatre et psychanalyste dans les années 60 décrivait comme un processus nécessaire démarrant dès le projet de désir d’enfant, se poursuivant toute la grossesse ou la période d’adoption puis se redéfinissant encore quand le bébé de la réalité arrive.

Dans les année 2000, Maurice Godelier, anthropologue va plus loin en montrant que ce ne sont pas forcément les « parents biologiques » qui exercent les fonctions parentales qu’il définit comme protéger, avoir l’autorité, éduquer-instruire et transmettre. La parentalité concerne toutes les personnes qui entretiennent des rapports de « parents à enfant » avec l’enfant et celles-ci peuvent être différentes selon les cultures. Dans notre culture, ce sont les parents qui exercent ces fonctions. Le reste de la famille étaye, accompagne, peut être « un relais » passager bien utile. C’est pourquoi il est parfois très compliqué que des grands-parents s’insinuent dans une place qui n’est pas la leur alors que dans d’autres cultures, il serait anormal qu’ils ne le fassent pas.

 

Etre parent c’est quoi?

L’enfant n’est pas un adulte, il a besoin d’être encadré pour bien grandir. Il a besoin de limites posées par ses parents pour acquérir une autonomie suffisante qui lui permettra de s’insérer correctement dans la société dans laquelle il vit. Les parents sont responsable de lui face à la loi et quand ils ne parviennent pas à exercer cette partie des fonctions parentales, la loi se charge de les rappeler à l’ordre, voire de prendre elle-même en charge la protection du mineur sous couvert de la justice. Les parents doivent donc assumer de frustrer au rythme ou l’enfant est capable d’intégrer leurs messages.

Eduquer c’est étymologiquement « guider hors de » c’est développer, faire produire. L’éducation est assimilée à l’apprentissage et au développement des facultés intellectuelles, morales et physiques et aux moyens employés pour que « ça marche » ou bien encore aux bons résultats qui dépendent étroitement de la culture et de la période historique. Mais éduquer c’est plus que simplement faire un enfant « bien élevés » qui sait se tenir à table.  On peut éduquer et instruire un enfant sans lui transmettre quelque chose de soi, de son histoire, de sa façon de voir le monde. C’est ce qui donne du sens à notre éducation, aux règles et aux habitudes que nous nous appliquons aussi à nous-mêmes. Winnicott, pédiatre devenu psychanalyste pour enfant désigne comme « object presenting » : il s’agit de la façon dont la mère présente le monde à son enfant. C’est la « manière » dont elle perçoit le monde. Evidemment c’est la même chose pour le père.

Pour qu’un enfant s’instruise sereinement, il faut qu’il ait accès de façon évidente, cohérente, pérenne et sécurisée à des lieux de savoir comme l’école. Les parents doivent donner le « goût d’apprendre » à l’enfant et cela reste le coeur de leur fonction. Il ne s’agit pas forcément de savoir « intellectuels » mais de partager des moments créatifs où les parents cherchent à apprendre eux-mêmes, en cuisinant, en jardinant, en regardant des films, parler de son enfance et de ce qu’on a aimé découvrir, déléguer en confiance aux enseignants une partie de la transmission du savoir qu’on n’a pas sans en être malheureux juste comme quelque chose de « complémentaire ».

Transmettre sans complexe, sans culpabilité, en restant soi, sans faire forcément appel aux outils informatique qui auraient réponse à tout. Si un parent se sent « nul », « pas instruit », il peut avoir tendance à « abandonner » sa fonction de transmission du savoir à ces petites sphères toutes puissantes qui donne des informations dédiées les unes des autres, compartimentées, pas innocentes du tout, et non des connaissances habités par l’expérience d’une vie.

 

Pas encore de commentaire

Laisser une réponse

agence-de-communication-dig... |
Agencesereputation |
Depruncom |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | neha24
| Faits divers
| Mulhouse actualités